11 mai 2015

LA BOXE : UN SPORT POUR LES DAMES

sport feminin boxe

La venue des femmes dans la boxe se fait ressentir chaque jours on estime à 18.5% de licenciés de la fédération française en 2011 contre 7.5% en 1998. Emilie est l’un des symboles du nombre croissant des femmes dans la boxe depuis ces 10 dernières années. Adepte de ce sport il y’a seulement 6 mois, aujourd’hui elle ne peut plus se passer de ce sport de contact qui lui permet de se défouler.

Faire partir d’une équipe à toujours été une option pour moi car j’aime bien la perspective de faire partir d’un sport collectif comme le roller-derby que j’affectionne beaucoup, mais l’exigence matériel et disponibilité permanente que cela requiert sont autant de facteurs qui m’ont poussé à ne pas franchir le pas. Ma conversion à la boxe s’est fait tout naturellement lors d’une causerie avec une amie qui m’a fait savoir qu’elle allait se remettre à la boxe. Je fus un peu bouleversé car ce qui m’attirait dans le Roller-derby c’était justement le contact. C’était parfait, car la boxe est un excellent moyen d’apprendre à se défendre malgré l’intensité des combats, et c’est aussi un moyen très efficace pour se défouler, tout ce dont j’avais besoin.

Invité par mon amie à une première séance, j’étais un peu sceptique. Mis à part le fait que je devais prendre des coups, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. Ma surprise fut grade de voir que la séance d’entraînement soit aussi complet, avec placement, coordination, exercices cardio et musculation bref la totale. Les premiers jours ont été un peu difficile, les entrainements intenses auquel je m’adonnais m’épuisaient à un tel point que je j’étais littéralement sur mon lit à chaque retours d’entraînement pour y rester longtemps. Mais comme tous bons sportifs, malgré le mal, j’adorais de plus en plus.

L’important c’est de se préparer physiquement et psychologiquement de telle sorte que votre résistance aussi développé que possible. La première fois que je me suis tenue debout avec les bras en position de défense sans pouvoir les baisser pendant des heures, les douleurs que je ressentais me paraissaient irréelles. Mais avec le temps j’ai fini par m’habituer. L’un des moments intense qui m’a vraiment marqué, est la première fois que j’ai reçu un coup. C’est de là qu’est venu le sentiment de me défendre, de me dire que je dois monter ma garde et être vigilante, de ne pas prendre des coups mais en donner le plus possible.  Le fait d’être constamment tenue en alerte et être toujours poussé dans ses derniers retranchements à contribué pour beaucoup à ce que je m’attache à ce sport. Toujours tout donner pendant l’entrainement et être constamment motivé afin de mieux prendre des coups car, c’est sûr on en prend pas mal. Et j’aime aussi beaucoup le fait d’être tenue par un homme pendant les entraînements, il ne tient pas compte du sexe et des différences lors d’un combat et cherche constamment à vous motiver.

Comme tout sport, la boxe demande aussi une certaine discipline c’est ma vision des choses. Alors je fais toujours l’effort d’être disponible le jours de l’entrainement, et je fais le nécessaire de rester en forme à la veille d’une journée d’entrainement. Et je trouve toujours la motivation pour me rendre aux séances, même si mon corps me demande le contraire.

Mes parents ont eu chacun des réactions je dirais normale quand ils ont appris que je m’adonnais à la boxe. Mon père me disait que je ‘avais pas assez de force et de motivation pour y pratiquer comme mon frère qui le faisait depuis des années, ce qui me semblait nettement faux. Ma mère elle craignait pour ma santé physique, comme toute bonne mère. Mais ce qui me gênait encore plus c’est les remarque des gens qui croyaient que je trouvais refuge à la boxe par peur, au contraire je cherchais juste un sport qui me permettrai de me défouler et de me garder en bonne santé physique.

 

 

Laisser un commentaire