21 mars 2015

LES PERFORMANCES EXTRAORDINAIRE DES CYCLISTES

QUADZILLA

L’objectif de François Pervis est de remporter le sprint ce week-end à Saint Quentin-en-Yvelines après ces précédentes victoires du Keirin jeudi et du Kilomètre vendredi dernier afin de pouvoir dupliquer son triplé inédit des mondiaux sur piste. L’an dernier, le français devenait le premier cycliste, lors de la même édition, à gagner les trois épreuves phare de la compétition. Malgré que l’attention soit toujours portée sur les éléments mécaniques du vélo, l’aérodynamisme des équipements et sur la qualité des surfaces, le vrai secret de la vitesse des cyclistes se trouve sur leur cuisse et le travail effectué lors des entrainements.

RENCONTRE AVEC LE FAMEUX « QUADZILLA »

Les cyclistes sont toujours considérés comme des sportifs qui n’ont pas besoin d’effort pour faire ce qu’ils font, faux! Il y’a qu’a voir les cuisses d’un cycliste pour comprendre que leur vélo ne les servent pas à aller acheter du pain à l’épicerie d’en face. Des articles publiés sur des sites sportifs on montré certains cyclistes qui ont des membres hypertrophiés, c’est le cas de Chris Hoy. Certaines cuisses peuvent atteindre des mensurations du corps d’un adolescent. François Pervis lui affiche une mensuration de 65 centimètre loin des 72 centimètre du cycliste Robert FÖrstermann alias « Quadzilla » devenu stars du web à cause de son tour de cuisse. Une étude française réalisée en 2005 montre que pour être performant dans l’épreuve de sprint, il vaut mieux avoir des quadriceps lourdement chargés. Certains cyclistes qui nt eu vent de cet expérience, s’adonnent à des séances sportives à vous faire grincer les dents. Prenons le cas de « Quadzilla » qui soulève une moyenne de 15 tonnes en 3 heures de temps, 3 fois par semaine. Etonnant n’est-ce pas, mais François Pervis en fait encore plus en soulevant 10 à 12 tonnes chaque heure, 3 fois par semaine puis il finit avec 4 entrainements sur piste et 4 sorties de route. La musculation n’a fait son apparition chez les cyclistes français qu’en 1990 grâce à Daniel Morelon et Gérard Quintyn. C’est d’ailleurs avec ce dernier pour entraineur que Florian Rousseau, après avoir prit 7 cm de cuisse en 7 ans, est devenu multiple médaillé olympique et mondial.

LA FORCE ET LA PUISSANCE NE SUFFISENT PAS

Mais pour être un bon sprinter, les muscles ne suffisent pas. Même si certains cyclistes arrivent à soulever des kilos incroyables. Le secret du sprint se situ à l’intérieur des cuisses, dont les muscles sont composés, pour simplifier les fibres lentes en abrégées ST et les fibres rapides FT. Selon une étude des chercheurs allemands, les sprinteurs les sprinteurs possèdent en moyenne 66 % de ST et 34 % de FT. Ainsi l’on a des sprinteurs qui peuvent pédaler à 300t/minute, c’est le cas de GANE. Quadzilla lui va jusqu’a 280t/minute quant au français Pervis, il pédale jusqu’a 260t/minute. Les niveaux atteints par ces cyclistes les ont valu leur billet d’entrée dans le « Club des 2000 Watts »

Mais de nombreuses courses ont montré que la puissance et la force ne suffisent pas pour gagner une course même si, se sont des éléments indispensables pour cela. Car vélo l’on peut prendre de vitesse ses adversaires sans soulever des kilos énormes et avoir des fréquences de pédalage stratosphériques, juste en étant malicieux tactiquement, vous pouvez faire la différence à tout moment.

Laisser un commentaire